Pour des multinationales responsables

Malgré une lettre urgente signée par 50’000 personnes, le Conseil des Etats a décidé de reporter le traitement de cette initiative à une date ultérieure. Voir les détails sur le site de la campagne.

Mais nous n’allons pas nous laisser arrêter ! Plus de 250 comités locaux ont déjà été mis sur pied dans toute la Suisse, pour porter la voix de l’initiative au niveau de leur commune. Le but ? Contrer les moyens colossaux des grands lobbys des multinationales par l’engagement massif des citoyen-ne-s.

Soutenez, vous aussi, l’initiative en rejoignant un comité local dans votre commune !

JE ME MOBILISE !

———————————————————————————————————

Pétition Papyrus Vaud

Régulariser des personnes sans papiers, dans le cadre légal actuel, selon des critères clairement définis : cette démarche du canton de Genève devrait permettre à environ 3500 personnes d’être régularisées.

Avec les Eglises catholique et réformée vaudoises et plus de 30 organisations, notre association vous invite à soutenir une démarche semblable dans notre canton en signant et ici et en faisant signer cette pétition.

On peut aussi signer cette pétition en ligne.

9’000-15’000 personnes sans-papiers vivent dans le canton de Vaud, souvent depuis de nombreuses années, avec des enfants scolarisés et des jeunes en formation. La plupart sont employées dans l’économie domestique, dans l’hôtellerie-restauration, l’agriculture et la construction, répondant à la demande des employeurs : elles contribuent au bon fonctionnement de l’économie.

Nombre d’entre elles sont bien intégrées professionnellement et socialement. Elles sont autonomes financièrement et cotisent aux assurances sociales, sans pour autant bénéficier des protections auxquelles elles devraient avoir droit.

A l’heure actuelle, il est toujours très difficile d’obtenir la régularisation de ces personnes, même après de nombreuses années : seules 59 régularisations ont été obtenues en 2018 pour tout le canton de Vaud.

La régularisation de personnes et de familles intégrées, qui travaillent, correspond aujourd’hui à une exigence de justice ainsi qu’à un devoir de protection des personnes en situation irrégulière particulièrement exposées à toutes formes d’abus.

L’Etat trouverait aussi son compte dans l’assainissement des secteurs économiques concernés par la lutte contre la sous-enchère salariale et le travail au noir.

———————————————————————————————————

Coaching Notre association offre un soutien aux personnes en difficulté avec leur travail ou qui passent par un chômage prolongé :
Pierre Farron, ancien aumônier dans le monde du
travail, vous offre 1-2 rencontres pour faire le point. N’hésitez pas à le contacter : 021 711 09 80
Service confidentiel et gratuit.